Construction du pont couvert en 1920

Les débuts


Au siècle dernier, suivre la rivière Batiscan reste le mode de transport privilégié à partir de Saint-Stanislas jusqu’aux Chutes du Manitou, terre située à l’entrée de la Seigneurie de Ste-Anne-de-la-Pérade et propriété des héritiers de Monsieur John Hale et plus tard de M. Price. Selon certains auteurs, le nom de Batiscan, d’origine amérindienne pourrait signifier : "‘brume légère" ou "os broyé", "viande sèche", "joncs à l’embouchure". "Batiscan" pourrait aussi être le nom d’un chef indien, ami de Champlain.

Un des premiers résidents, un certain Jeanot(te) demeurait près des chutes du Manitou au recensement de 1861 où il s’enregistre comme indien. Près de ces mêmes chutes, au début des années 1860, on retrouve quelques colons dont des Veillette, Asselin, Carpentier, Thivierge, Lambert, Baillargeon, Charest, Gervais, Perron, Lafontaine, Baribeau et Lavigueur dit Brouillet.

La rivière Pierre-Paul qui se jette dans la Batiscan est utilisée au siècle dernier pour la « drave » des billots.

Le 23 avril 1885, les colons s’entendent pour former une paroisse qui réunira les gens des deux rives de la Batiscan. Ainsi à cette date, Mgr Laflèche détache une partie de Saint-Stanislas pour ériger la nouvelle paroisse de Saint-Adelphe.

Durant 5 ans, des prêtres de Saint-Stanislas et de Sainte-Thècle desservent Saint-Adelphe. En 1889, sous la direction de l’abbé Janelle, les colons bâtissent le premier presbytère et la première chapelle, du côté est de la rivière, à l’endroit où on trouve le cimetière actuel. À l’automne 1890, arrive M. l’abbé Joseph-Marie Gouin, premier curé résident.

Le 2 juillet 1891, la dite paroisse de Saint-Adelphe dans la seigneurie de Sainte-Anne, comté de Champlain, comprend un territoire de 186 arpents et 5 perches de front sur une profondeur de 216 arpents. La paroisse obtient ses lettres patentes confirmant ainsi son érection civile et devient donc une municipalité à part entière.

À cette date, parmi les 56 familles qui y habitent, on retrouve, en plus des familles mentionnées ci-dessus, des Mongrain, Germain, Ayotte, Sauvageau, Gauthier, Cossette, Côté, Boisvert, Bordeleau, Cardinal, Tiffault, Hamelin, Brosseau, Francoeur, Roberge, St-Arneault. Peu après, arrivent les Bureau, Douville, Trépanier, Gagnon et Plourde.

Le premier conseil municipal se réunit le 21 septembre 1891 et élit son premier maire M. Narcisse Roberge. M. F.X.A. Trudel est nommé secrétaire-trésorier.

Pour plus d’information sur l’histoire de Saint-Adelphe, rendez-vous sur le site de la Société d’histoire de Saint-Adelphe. 
 www.societehistoirestadelphe.ca

Le président de la Société d’histoire de Saint-Adelphe,
Jacques THIFFAULT